Séance du lundi 14 mars 2022 : “Cadavre, littérature et politique”.

  • Cécile Rousselet (Université Sorbonne Nouvelle et Sorbonne Université) 

Exposer le cadavre : témoignage de mutations esthétiques et de bouleversements politiques dans la littérature yiddish des années 1910-1930.

À partir d’un corpus d’une dizaine de textes yiddish des années 1910-1930, il s’agira de réfléchir au rôle de la représentation de cadavres dans une littérature en profonde mutation. Si traditionnellement le corps mort est pris dans des considérations d’impureté, exposées notamment dans le Tohorot, et donc rapidement enterré et caché aux yeux de tous, les mutations esthétiques des années 1910 changent la donne. La modernité littéraire s’empare d’autres modèles, nourris par le post-romantisme, l’esthétique fin-de-siècle ou encore l’expressionnisme berlinois, faisant des cadavres les lieux d’une redéfinition d’enjeux tant esthétiques que politiques. Les avant-gardes littéraires, et le modernisme de l’écriture de groupes émergents, notamment du groupe Eygns, font parfois des corps morts les lieux d’innovations esthétiques à même de repenser les enjeux politiques qui les sous-tendent, de l’inquiétante étrangeté aux forces apocalyptiques du grotesque kayserien. Représentations mimétiques et symboliques, dialoguant avec les contes hassidiques comme chez Sholem Asch, se répondent donc, dans des textes aux enjeux différents. Corps sacrifiés, corps déchirés par les pogroms, mais aussi corps esthétisés ou corps carnavalesques, comme chez Moyshe Kulbak, et corps appelant à la pourriture ou à une transfiguration eschatologique, elle-même ambiguë, participent d’une reconfiguration complexe d’une société en proie à la violence. C’est donc à la fois une réflexion sur l’individu pris dans la violence, la place de la littérature yiddish par rapport aux modèles européens d’un fin-de-siècle tendu entre Eros et Thanatos, et un questionnement sur les pouvoirs de la littérature à l’aube du XXe siècle, que l’examen des cadavres dans la prose yiddish propose.

  • Tatiana Drobot (Université de Genève et Sorbonne Université) 

La politisation du cadavre dans les utopies russes du début du XX siècle.

          Au début du XXe siècle, l’opposition de la vitalité à la morbidité nourrit les discours et la satire politiques. La politique devient un hôpital où se côtoient diverses pathologies et folies, où les hommes se soignent ou succombent à leurs blessures idéologiques, où les uns se présentent comme thaumaturges et accusent leurs opposants de maladies. Les métaphores de la gangrène, de l’épidémie, du vampirisme, de la contamination et de la dégénérescence des idées, des corps et des populations entières permettent de faire état de la société et de construire un projet alternatif. Entre discours hygiéniste et religieux, la critique de la société russe de la fin du XIXe siècle et les projets de monde nouveau passent par une réflexion sur le rapport à la mort et une esthétisation du vieillissement et de la mort. Au-delà des métaphores : quelle place accorder aux morts du passé et quelle mort offrir à l’avenir, voilà des questions qui préoccupent Nikolaï Fiodorov, qui met le cimetière au cœur de son projet de société, mais aussi des penseurs socio-démocrates, comme Alexandre Bogdanov.

Modération : Régis Gayraud (Université Clermont Auvergne)

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/83575504455?pwd=YzJyQm8wOFpOd1o1eHF2K0k3WlZ3Zz09

ID de réunion : 835 7550 4455

Code secret : 5aSh37



Citer ce billet
Claire Delaunay (2022, 9 mars). Séance du lundi 14 mars 2022 : “Cadavre, littérature et politique”. Le Cadavre en Représentation. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m64n

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.