Séance du lundi 30 mai 2022 : “D’une œuvre à une autre. Cadavres migrateurs”.

  • Jean-Philippe Jaccard (Université de Genève)

Increvables cadavres (Dostoïevski et Harms)

Le but de cette présentation est de montrer qu’il y a de bonnes raisons de penser que le cadavre qui rampe dans la nouvelle de Daniil Harms La Vieille (1939) se prénomme en fait Aliona Ivanovna, et que cette increvable usurière a migré du rêve pétersbourgeois de Raskolnikov dans l’appartement communautaire léningradois du narrateur-écrivain, en traînant avec elle toutes les questions « non résolues » que pose l’œuvre de Dostoïevski dans son ensemble. En outre, plus vivace, à première vue en tout cas, que le cadavre du Christ de Holbein qui terrifie les visiteurs de Rogogine, elle amène avec elle dans une Russie en proie au Grand Inquisiteur, la notion, très efficace dans ce contexte, de « châtiment sans crime ».

  • Lætitia Le Guay-Brancovan (CY Cergy Paris Université/Eur’Orbem) 

Le cadavre et ses métamorphoses grotesques dans les dernières partitions de Dmitri Chostakovitch : la mort apprivoisée.

Der Tod ist gross

Wir sind die Seinen

Lachenden Munds1.

De santé précaire les dix dernières années de sa vie, hanté par la pensée de la mort, Dmitri D. Chostakovitch y puisa l’inspiration de la plupart de ses dernières partitions, notamment l’extraordinaire Symphonie n°14 avec lieder. Les textes retenus ici par le compositeur (Rilke, Apollinaire, Lorca, Küchelbecker), ou les vers d’Evtouchenko dans L’Exécution de Stepan Razine (КазньСтепанаРазина), op. 119, sont parsemés d’évocations de corps, visages, en décomposition ou ricanants. Mis en relief par le traitement musical, ces textes campent un imaginaire de la mort entre grotesque et tragique qui n’élude jamais la réalité physique du cadavre, mais lui donne au contraire un corps sonore, la musique devenant le lieu du face à face avec la mort, et par là même, singulièrement, d’un rapport apaisé avec elle.

1 « La mort est grande / Et nous sommes siens /La bouche riante. » (Rilke, Le livre d’images, « Épilogue » de la Symphonie n°14).

Modération : Daria Sinichkina (Sorbonne Université) 

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/85220905629?pwd=Wk5MWUdUd0pXakM3VDI2SzFERnVhdz09

ID de réunion : 852 2090 5629

Code secret : 6GLNs3



Citer ce billet
Claire Delaunay (2022, 20 mai). Séance du lundi 30 mai 2022 : “D’une œuvre à une autre. Cadavres migrateurs”. Le Cadavre en Représentation. Consulté le 17 juin 2024, à l’adresse https://doi.org/10.58079/m64p

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.