Présentation du projet “CadavRe” : Le Cadavre en Représentation

 

Lancé en 2021 par Claire Delaunay et Sarah Gruszka, ce projet de recherche a pour ambition d’initier une réflexion sur la place accordée au cadavre dans la littérature et les arts russes et sur ce que révèle cette place quant au rapport au corps et à la mort. En effet, le cadavre est précisément le point de rencontre de ces deux objets et permet ainsi de croiser les études sur l’un et l’autre. Si les études sur le corps et les études sur la mort sont riches et abondantes, celles spécifiquement consacrées au cadavre le sont moins. Elles semblent certes en plein essor en France1, cependant, dans le champ des sciences humaines, le cadavre a jusqu’à présent attiré principalement l’intérêt des historiens, des anthropologues, des sociologues et des archéologues, laissant le terrain encore relativement vierge en ce qui concerne les études artistiques et littéraires. On peut mentionner l’ouvrage dirigé par les historiennes Anne Carol et Isabelle Renaudet, La Mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art (Presses universitaires de Provence, 2013), mais il est à noter que l’aire culturelle qui nous intéresse en est absente. De fait, la bibliographie relative au cadavre en terrain russe s’avère encore assez pauvre. Aussi l’angle disciplinaire et géographique qui est le nôtre devrait-il permettre d’enrichir les approches du corps mort et ouvrir un espace de dialogue avec des chercheurs d’autres spécialités.

Notre réflexion sur les cadavres s’appuiera sur la littérature (en incluant également les récits hagiographiques et les ego-documents), les arts visuels (peinture, photographie, cinéma) ainsi que les arts de la scène (théâtre, ballet, opéra). Une partie essentielle des questionnements s’articulera autour de la notion d’esthétique du cadavre. Il s’agira d’explorer les mécanismes de refoulement, de censure, mais aussi de transgression et de sublimation que sa mise en récit, en images ou en scène peut traduire. Il conviendra d’interroger les logiques qui président à l’invisibilisation du cadavre, à sa marginalisation, ou qui conduisent au contraire à le placer au premier plan. Une attention particulière sera accordée au traitement dont il fait l’objet (registres ludique, macabre, tragique, approches scientifique ou métaphysique…) et aux procédés mobilisés pour le représenter (est-il directement nommé/montré, figuré de façon naturaliste, euphémisante, métonymique, métaphorique ?). On s’intéressera également à la place occupée par l’intertextualité et la référence visuelle à des topoï artistiques ou historiques dans l’économie du cadavre. On pourra se demander, à la suite d’Anne Carol : à quelles conditions et selon quelles normes esthétiques le cadavre peut-il devenir un objet d’art ?

L’un des objectifs est d’établir une typologie du cadavre, en prenant en compte le profil du corps représenté (genre, âge, origine, statut social…), les critères de nombre (cadavres de masse / cadavre individuel), d’identification (cadavres anonymes), d’état (corps violenté, décomposé, arrangé), de statut (parfois hybride, à la frontière du vivant, de l’objectal, de la fiction et de la réalité). Les cadavres animaux pourront également être examinés afin de chercher à cerner ce qui fait l’humanité des dépouilles humaines.
Parallèlement au questionnement central sur les enjeux de la présence (ou absence) du cadavre dans le texte et dans l’image, d’autres phénomènes liés à sa représentation et ses usages pourront être abordés : manipulation et détournement, muséification, rites, politisation, culte, etc. Une réflexion sera menée sur les différents rôles qu’il peut jouer (symbolique, émotionnel, existentiel…), et sur ce que le rapport au cadavre nous dit des normes sociétales à une époque donnée. Ce faisant, l’une des ambitions sera d’esquisser les contours d’une histoire des émotions suscitées par le cadavre (tristesse, horreur, dégoût, attrait, ironie, compassion, vénération…). Il s’agira enfin de s’intéresser à l’évolution des pratiques de représentation du cadavre dans la culture russe à travers le temps et d’observer les éléments de continuité et les logiques de rupture qui s’en dégagent. In fine, en écho au célèbre ouvrage pionnier de Philippe Ariès, ces réflexions auront pour but de nourrir notre appréhension du Russe devant la mort.

 

1 Comme en témoignent une série de publications dans les dix dernières années (voir bibliographie), la tenue en 2020-2021 de deux séminaires consacrés au cadavre : le séminaire « Histoire de la médecine, des savoirs sur le corps, et de la mort » animé par Anne Carol et Rafael Mandressi à l’EHESS, et celui d’Histoire et anthropologie de la mort “Autour du cadavre” animé par Anne Carol et d’Elisabeth Anstett à l’Université d’Aix-Marseille, la récente ANR “Cortem”…