Archives de catégorie : Présentation

Journée d’étude


Jeudi 23 juin 2022

LES CADAVRES
EN CONTEXTE DE VIOLENCE EXTRÊME ET DE MORT DE MASSE.

ENJEUX ESTHÉTIQUES, POLITIQUES ET MÉMORIELS

9h30-17h30


Paris, Institut d’études slaves.

Télécharger le programme

* PROGRAMME *

9h30.  Introduction des organisatrices

PANEL I. LE CADAVRE EN MOTS ET EN IMAGES.

Représentations des morts de la guerre et des répressions soviétiques

 

Session 1

Discutante : Cécile ROUSSELET (Sorbonne Nouvelle, Sorbonne Université)

9h45. Paul BERNARD-NOURAUD (École des Arts de l’Université Paris I Panthéon-Sorbonne) : « Des cadavres aux corps, du témoignage à la mémoire. Sur les trajectoires de représentation d’après Auschwitz »

10h10. Sarah GRUSZKA (EHESS) : « “Il y a des cadavres partout. C’est un cauchemar.” Dire la mort submersive en temps de siège (Leningrad, 1941-1944) »

10h35. Discussion

11h-11h15. Pause café

Session 2

Discutante : Bella OSTROMOOUKHOVA (Sorbonne Université) 

11h15. Luba JURGENSON (Sorbonne Université) : « La représentation du cadavre dans les témoignages littéraires et graphiques sur le Goulag »

11h40. Julie GERBER (Université Lyon 3) : « La mémoire des victimes de l’Union soviétique dans la littérature russe contemporaine : présence et absence des morts dans l’œuvre de Sergueï Lebedev »

12h05. Discussion

12h30-13h45. Pause déjeuner

 

PANEL II. LE CADAVRE EN JEU.

Destins et (més)usages des corps morts

Session 3 

Discutant : Cédric PERNETTE (Sorbonne Université)

13h45. Raisa OSTAPENKO (Sorbonne Université) : « “Il l’a enterré avec ma sœur” : La dignité par l’inhumation pendant la Shoah en Ukraine »

14h10. Marie MOUTIER-BITAN (EHESS) : « Les cadavres comme enjeux de propagande nazie : le cas de Dobromil, juin-juillet 1941 »

14h35. Discussion

15h00-15h15. Pause café

Session 4

Discutant : François-Xavier NERARD (Université Paris 1 Panthéon-Sorbonne) 

15h15. Paul LENORMAND (Service Historique de la Défense, Centre d’histoire de Sciences Po) : « Localiser, représenter, identifier : retrouver les corps après la Seconde Guerre mondiale »

15h40. Elisabeth ANSTETT (CNRS, Université d’Aix-Marseille) : « Les cadavres invisibles de la violence d’État : fragments de nécro-politique post-soviétique »

16h05. Discussion 

 

PANEL III. LE CADAVRE EN RECHERCHE

Présentation de projets collectifs dédiés au corps mort.

Session 5

16h30-17h15 :

  • ANR « CoRPS » (présentation par Anne CAROL, Université d’Aix-Marseille)
  • ANR « Cortem » (présentation par Nicolas FISCHER, CNRS-CESDIP, Université de Versailles Saint-Quentin)
  • ANR  « Transfunéraire » (présentation par Elisabeth ANSTETT, CNRS, Université d’Aix-Marseille)

17h15. Discussion et conclusion.

 

Journée d’étude organisée par Claire DELAUNAY et Sarah GRUSZKA, avec le soutien de l’UMR 8224 Eur’ORBEM « Cultures et sociétés d’Europe orientale, balkanique et médiane » (Faculté des Lettres – Sorbonne Université, CNRS)

Séance du lundi 30 mai 2022 : “D’une œuvre à une autre. Cadavres migrateurs”.

  • Jean-Philippe Jaccard (Université de Genève)

Increvables cadavres (Dostoïevski et Harms)

Le but de cette présentation est de montrer qu’il y a de bonnes raisons de penser que le cadavre qui rampe dans la nouvelle de Daniil Harms La Vieille (1939) se prénomme en fait Aliona Ivanovna, et que cette increvable usurière a migré du rêve pétersbourgeois de Raskolnikov dans l’appartement communautaire léningradois du narrateur-écrivain, en traînant avec elle toutes les questions « non résolues » que pose l’œuvre de Dostoïevski dans son ensemble. En outre, plus vivace, à première vue en tout cas, que le cadavre du Christ de Holbein qui terrifie les visiteurs de Rogogine, elle amène avec elle dans une Russie en proie au Grand Inquisiteur, la notion, très efficace dans ce contexte, de « châtiment sans crime ».

  • Lætitia Le Guay-Brancovan (CY Cergy Paris Université/Eur’Orbem) 

Le cadavre et ses métamorphoses grotesques dans les dernières partitions de Dmitri Chostakovitch : la mort apprivoisée.

Der Tod ist gross

Wir sind die Seinen

Lachenden Munds1.

De santé précaire les dix dernières années de sa vie, hanté par la pensée de la mort, Dmitri D. Chostakovitch y puisa l’inspiration de la plupart de ses dernières partitions, notamment l’extraordinaire Symphonie n°14 avec lieder. Les textes retenus ici par le compositeur (Rilke, Apollinaire, Lorca, Küchelbecker), ou les vers d’Evtouchenko dans L’Exécution de Stepan Razine (КазньСтепанаРазина), op. 119, sont parsemés d’évocations de corps, visages, en décomposition ou ricanants. Mis en relief par le traitement musical, ces textes campent un imaginaire de la mort entre grotesque et tragique qui n’élude jamais la réalité physique du cadavre, mais lui donne au contraire un corps sonore, la musique devenant le lieu du face à face avec la mort, et par là même, singulièrement, d’un rapport apaisé avec elle.

1 « La mort est grande / Et nous sommes siens /La bouche riante. » (Rilke, Le livre d’images, « Épilogue » de la Symphonie n°14).

Modération : Daria Sinichkina (Sorbonne Université) 

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/85220905629?pwd=Wk5MWUdUd0pXakM3VDI2SzFERnVhdz09

ID de réunion : 852 2090 5629

Code secret : 6GLNs3

Séance du lundi 9 mai 2022 : “Usages du cadavre représenté”.

  • Daria Sinichkina (Sorbonne Université) 

« Tous les poètes assassinés iront au paradis » : Le cadavre comme pièce à conviction littéraire (à partir du cas de Sergej Esenin).

Le corps de l’écrivain fait l’objet, semble-t-il, depuis le début de l’histoire de la littérature russe moderne, d’une fascination toute particulière : alors que le Poète occupe une place hautement symbolique dans l’économie du champ littéraire réformé au début du XVIIIe siècle, la charge symbolique de sa fonction ne faisant qu’augmenter au cours des décennies, la place dévolue à son corps est paradoxale. Si Trediakovskij est passé à tabac, et que la bastonnade que lui inflige Artemij Volynskij est d’une violence proportionnelle à la déconsidération dont fait l’objet sa poésie, la pendaison de Ryleev en 1826 ou encore la mort violente de Griboedov en 1829 sont autrement traumatisantes pour la communauté littéraire (on se souvient de la description que fait Puškin du cercueil de l’écrivain dans son Voyage à Arzroum). Quant à la mort de Puškin et au traitement réservé à son corps souffrant, puis à sa dépouille, et enfin aux objets que cette dépouille touche (le « divan de Puškin »), elle semble cristalliser les enjeux associés à la fois au corps et à la mort de l’écrivain dans la culture russe, a fortiori la culture littéraire. Objet de fascination, objet révéré, le corps du poète est aussi nié dans son humanité et le poète assimilé à un saint dont on conserve les reliques après sa mort. Au bout de ce processus, paradoxal, de désincarnation, le corps du poète peut aller jusqu’à devenir la pierre de touche d’un mythe littéraire construit par la réception, la « pièce à conviction », au même titre qu’un porte-plume ou un carnet manuscrit, de l’appartenance du poète à une tradition particulière, celle du « poète assassiné ». Notre communication s’attachera à détailler quelques-uns des mécanismes à l’œuvre de ce processus à partir du cas de Sergej Esenin, dont la dépouille, photographiée par Moisej Nappelbaum quelques heures après le suicide du poète en décembre 1925, est encore aujourd’hui, pour une partie des lecteurs du poète, un objet de violentes polémiques aux enjeux qui dépassent parfois le « fait littéraire » stricto sensu.

  • Bella Ostromoukhova (Sorbonne Université)

Jusqu’où peut-on aller ? La représentation de la mort et des cadavres dans la littérature jeunesse russe d’aujourd’hui : circulations, tendances et limites

Dans notre présentation, nous nous pencherons sur les représentations de la mort dans la littérature jeunesse contemporaine, et plus précisément les injonctions et les limites du dicible qui se profilent à travers ce sujet réputé « difficile ».

La littérature jeunesse russe, à l’instar de ses analogues étrangers, s’est ouverte, depuis les années 2000, à plusieurs sujets auparavant tabous. A l’inverse, la mort, qui auparavant avait toute sa place dans les livres pour enfant, devient un sujet plutôt problématique. Au XVIIIe-début XIX, lorsque la littérature jeunesse avait une visée avant tout éducative et moralisante, la mort pouvait apparaître comme punition fréquente pour un méfait. Elle devient un sujet politique à l’époque soviétique, la mort héroïque d’un enfant étant appelée à enseigner le sacrifice de soi. Ces deux facettes deviennent intolérables dans la littérature jeunesse d’aujourd’hui qui ne parle quasiment plus jamais de la mort enfantine1.

Nous présenterons le cadre légal dans lequel se situent les représentations de la mort dans la littérature jeunesse d’aujourd’hui, avec, notamment, les lois sur « les informations nuisibles à la santé des enfants » (2021) et « la propagande de suicide » (2017) et les modalités de leur interprétation et leur mise en application. Nous étudierons ensuite quelques exemples où le corps mort est présent dans la littérature jeunesse contemporaine, en explorant les possibilités et les impossibilités de ces représentations à travers les entretiens avec les éditeurs et les débats en ligne que ces représentations ont pu susciter.

1 « Ot redakcii », dans Detskie Čteniâ №17-1 (2020), Tabu v detskoj literature, p. 7.

Modération : Hélène Mélat (Sorbonne Université)

La séance se déroulera de 15h à 17h en hybride, à l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet, 75006 Paris, et sur zoom :

https://us02web.zoom.us/j/85162205488?pwd=QlRsR01FS095SHo5Zk5mS2V4TytQZz09

ID de réunion : 851 6220 5488

Code secret : 0UA91c

Séance du lundi 14 mars 2022 : “Cadavre, littérature et politique”.

  • Cécile Rousselet (Université Sorbonne Nouvelle et Sorbonne Université) 

Exposer le cadavre : témoignage de mutations esthétiques et de bouleversements politiques dans la littérature yiddish des années 1910-1930.

À partir d’un corpus d’une dizaine de textes yiddish des années 1910-1930, il s’agira de réfléchir au rôle de la représentation de cadavres dans une littérature en profonde mutation. Si traditionnellement le corps mort est pris dans des considérations d’impureté, exposées notamment dans le Tohorot, et donc rapidement enterré et caché aux yeux de tous, les mutations esthétiques des années 1910 changent la donne. La modernité littéraire s’empare d’autres modèles, nourris par le post-romantisme, l’esthétique fin-de-siècle ou encore l’expressionnisme berlinois, faisant des cadavres les lieux d’une redéfinition d’enjeux tant esthétiques que politiques. Les avant-gardes littéraires, et le modernisme de l’écriture de groupes émergents, notamment du groupe Eygns, font parfois des corps morts les lieux d’innovations esthétiques à même de repenser les enjeux politiques qui les sous-tendent, de l’inquiétante étrangeté aux forces apocalyptiques du grotesque kayserien. Représentations mimétiques et symboliques, dialoguant avec les contes hassidiques comme chez Sholem Asch, se répondent donc, dans des textes aux enjeux différents. Corps sacrifiés, corps déchirés par les pogroms, mais aussi corps esthétisés ou corps carnavalesques, comme chez Moyshe Kulbak, et corps appelant à la pourriture ou à une transfiguration eschatologique, elle-même ambiguë, participent d’une reconfiguration complexe d’une société en proie à la violence. C’est donc à la fois une réflexion sur l’individu pris dans la violence, la place de la littérature yiddish par rapport aux modèles européens d’un fin-de-siècle tendu entre Eros et Thanatos, et un questionnement sur les pouvoirs de la littérature à l’aube du XXe siècle, que l’examen des cadavres dans la prose yiddish propose.

  • Tatiana Drobot (Université de Genève et Sorbonne Université) 

La politisation du cadavre dans les utopies russes du début du XX siècle.

          Au début du XXe siècle, l’opposition de la vitalité à la morbidité nourrit les discours et la satire politiques. La politique devient un hôpital où se côtoient diverses pathologies et folies, où les hommes se soignent ou succombent à leurs blessures idéologiques, où les uns se présentent comme thaumaturges et accusent leurs opposants de maladies. Les métaphores de la gangrène, de l’épidémie, du vampirisme, de la contamination et de la dégénérescence des idées, des corps et des populations entières permettent de faire état de la société et de construire un projet alternatif. Entre discours hygiéniste et religieux, la critique de la société russe de la fin du XIXe siècle et les projets de monde nouveau passent par une réflexion sur le rapport à la mort et une esthétisation du vieillissement et de la mort. Au-delà des métaphores : quelle place accorder aux morts du passé et quelle mort offrir à l’avenir, voilà des questions qui préoccupent Nikolaï Fiodorov, qui met le cimetière au cœur de son projet de société, mais aussi des penseurs socio-démocrates, comme Alexandre Bogdanov.

Modération : Régis Gayraud (Université Clermont Auvergne)

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/83575504455?pwd=YzJyQm8wOFpOd1o1eHF2K0k3WlZ3Zz09

ID de réunion : 835 7550 4455

Code secret : 5aSh37

Séance du lundi 14 février 2022 : « Des vivants aux morts et des morts aux vivants ».

  • Claire Delaunay (UMR Eur’Orbem, Sorbonne Université-CNRS)

Quand le corps mort interpelle les vivants.

Revisiter la comparaison Tolstoï/Dostoïevski au prisme du cadavre

Si nombre de personnages trouvent la mort dans les œuvres des deux géants des lettres russes, que ce soit par la maladie, le meurtre ou le suicide, les cadavres n’y font pas nécessairement l’objet systématique d’une description ou d’un développement particulier. Cet exposé se propose d’examiner les cas où le corps du mort semble interpeler les vivants qui sont confrontés à sa vision, à l’intérieur de l’univers diégétique, et, par l’intermédiaire de ces personnages, le lecteur lui-même. À partir d’une sélection d’exemples notoires tirés d’œuvres de Tolstoï et Dostoïevski, il s’agira de mettre en lumière les fonctions dont le cadavre peut être investi dans le texte à différents niveaux. Une attention particulière sera accordée à l’analyse des procédés mobilisés par ces deux auteurs pour donner une représentation littéraire des cadavres et les différents dispositifs de médiation de cette représentation du corps mort déployés dans les œuvres citées. Il conviendra en outre de s’interroger sur ce que la façon de représenter le cadavre peut traduire du rapport des auteurs au corps et à la mort ainsi qu’à l’idée de résurrection.

  • Serge Rolet (Université de Lille 3)

Eleazar de L. Andreev :

Le cadavre de Lazare entre le jour de sa mort et celui de sa résurrection

Eleazar (publié en 1906) fait suite dans l’œuvre d’Andreev à un premier récit « biblique », Ben-Tovit, et précède un Iuda Iskariote. Dans Eleazar, Andreev s’attaque à la résurrection. Celui qui revient parmi les vivants n’est ni plus ni moins qu’un cadavre ; son retour est anecdotique, car au fond il reste « celui qui était mort ». La mort est indépassable, même Dieu n’y peut rien. La composition du texte est duale.

1. On trouve d’un côté un travail sur les bornes temporelles du récit évangélique. Dans l’évangile, il y a deux bornes, deux repères : la mort de Lazare et sa résurrection. L’intervalle est vide, inconsistant. Chez Andreev, ce sont les intervalles qui comptent. Il y a en deux : après la mort de Lazare, et après sa résurrection. En toute cohérence, ce deuxième intervalle est clos par un troisième repère : la seconde mort de Lazare. Au changement d’accent (des repères vers les intervalles, de l’instant vers la durée) et lié l’effacement de l’événement du récit (la résurrection). Chez Andreev, il n’y a pas de retour à la vie. Le séjour de Lazare dans la tombe fait de lui un cadavre jusqu’après la résurrection.

2. Le cadavre est horrible, mais la mort fascine. Le texte sort d’un fonctionnement proprement narratif pour glisser dans la répétition, le ressassement, et, quelquefois même, la litanie et l’incantation. Il y a dans ce texte que tout devrait rendre épouvantable un vrai chant de mort.

Modération : Leonid Livak (Université de Toronto – UMR Eur’Orbem, Sorbonne Université-CNRS)

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/84689111735?pwd=ekpiMnJVV0FqM3ByaWVMSERpTldZZz09

ID de réunion : 846 8911 1735

Code secret : zqA6K8

Séance du lundi 17 janvier 2022 : « Esthétique picturale et littéraire du cadavre ».

  • Anaelle Lahaeye (Université Panthéon-Sorbonne)

L’esthétique du cadavre dans la peinture française du XIXe siècle

Le Salon français de 1808 est marqué par deux succès : les toiles Napoléon sur le champ de bataille d’Eylau du peintre Antoine Jean Gros, et Atala au tombeau d’Anne Louis Girodet. L’engouement est identique, et pourtant, ce sont deux représentations opposées de la mort qui s’y dévoilent. Tandis qu’Atala paraît plus endormie que morte, magnifique au point que l’on peut aisément douter de son trépas, le tas de dépouilles au premier plan de l’œuvre d’Antoine Jean Gros détonne par son exposition crue et directe de la thanatomorphose.

Différentes iconographies du cadavre vont ainsi se côtoyer tout le long du XIXe siècle. Cette division esthétique, évidemment plus complexe que l’opposition binaire des deux succès de 1808, a des causes et des explications multiples, d’ordre politique, culturel, artistique, etc. La question se complique encore si l’on prend en compte l’évolution du rapport de force entre ces différentes iconographies. Tandis que les représentations de cadavres en décomposition s’estompent au XVIIIe siècle, le XIXe siècle est le théâtre de leur retour en force. L’esthétisation de la mort, incarnée notamment par les défuntes, perd quant à elle du terrain, sans pour autant disparaître. Comment de telles expressions, parfois diamétralement opposées, peuvent-elles cohabiter ? Autant de questionnements auxquels nous tenterons de répondre à l’appui d’exemples phares de la période.

  • Jana Kantořikova (UMR Eur’Orbem, Sorbonne Université)

Chemin de croix au féminin.

L’imaginaire de la femme crucifiée entre l’Europe centrale et la France

Dans sa nouvelle Zlatá Venuše [Vénus dorée] de 1910, l’auteur tchèque František Langer met en scène une naissance de Vénus « à rebours ». À travers l’histoire d’un orfèvre vénitien qui transforme littéralement sa maîtresse noire en un artefact, cette œuvre aborde le sujet de la créativité « masculine » et « féminine ». Le portrait de la Vénus noire et dorée aboutit à la vision horrifiante de sa crucifixion. Aussi choquante soit-elle, cette image de la femme en superposition avec corpus Christi n’est pas isolée (par exemple les tableaux de Gabriel Max, d’Albert von Keller, etc.). Nous nous intéressons en particulier aux rapports entre l’œuvre de Langer et le roman de Pierre Louÿs Aphrodite : mœurs antiques (1896) qui comprend Femme crucifiée de Louis Joseph Raphaël Collin sous forme d’illustration. Nous nous proposons d’analyser les procédés de représentation de ces « cas » des cadavres féminins esthétisés et sexualisés et leur inscription dans la tradition de la représentation des femmes crucifiées entre les Beaux-Arts et la littérature et entre l’Europe centrale et la France.

Modération : Mateusz Chmurski (Sorbonne Université).

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/83196199737?pwd=NG5jczVOakVXL0JoeExkMnNkSmpoQT09

ID de réunion : 831 9619 9737

Code secret : kifq9v

Séance du lundi 13 décembre 2021 : « Pouvoirs d’attraction du cadavre »

  • Cédric Pernette (Sorbonne Université)

Des cadavres au musée au musée-cadavre : la Kunstkamera de Saint-Pétersbourg

La question du statut et de la place des restes humains au musée occupe depuis longtemps les différents acteurs du paysage muséal mondial. De très légitimes interrogations d’ordres éthique et juridique conduisent un nombre croissant d’établissements à retirer les cadavres (ou leurs fragments) de leurs espaces d’exposition. 

Dans certains cas cependant les restes humains constituent le cœur de l’identité du musée, et à ce titre ils rendent difficile, voire impossible, la réorientation des collections exposées. C’est le cas du plus ancien musée russe, la Kunstkamera de Saint-Pétersbourg, officiellement fondée en 1714. Lorsque, dans le sillage de ses séjours en Europe occidentale, Pierre le Grand importe en Russie le modèle du cabinet de curiosités, ce dernier est déjà moribond en Europe. Par ailleurs, en plaçant au centre des collections et des espaces d’exposition de très importantes collections anatomiques (acquises notamment auprès du Hollandais Frederik Ruysch, mais aussi constituées en Russie même), le tsar détourne, sans le vouloir, son musée des objectifs didactiques universels qu’il lui avait fixés. Les cadavres de la Kunstkamera occultent jusqu’aujourd’hui les autres collections, et enracinent le musée dans les conceptions muséales du XVIIIe siècle sans espoir d’évolution, faisant finalement de lui un musée mort, un musée cadavre (passionnant à étudier, au demeurant, pour les historiens des musées).

Une série de mesures de « rebranding » est mise en œuvre ces dernières années pour débarrasser la Kunstkamera de son image de « musée des monstres et des mutants » dont le grand public est si friand, et pour valoriser les autres collections, mais ces mesures entrent en conflit direct avec l’impérieuse nécessité économique de continuer à assurer au musée un flux suffisant de visiteurs. 

Discutant : Rodolphe Baudin (Sorbonne Université) 

  • Lætitia Decourt (Sorbonne Université) 

Lectures romantiques du cadavre chez Bestoujev-Marlinski et Odoïevski : du gothique au magnétique

La littérature romantique s’est emparée du thème de la mort et de ses représentations aussi bien textuelles que picturales, trouvant là une source intarissable d’effets romanesques ainsi qu’un socle culturel large pour fonder le dualisme idéaliste présidant à la division entre le monde d’ici-bas et le monde des « vraies essences ». Aussi, le romantisme investit la figure du cadavre de différentes manières, mais avant tout en tant que mort-vivant, ходячий мертвец, caricature satirique et symbole de la possibilité d’un autre monde, d’une autre vie. Les rémanences gothiques du cadavre se projettent fort avant dans le xixe siècle, s’appuyant à la fois sur des figures folkloriques (la Svetlana de Joukovski, les rusalki comme chez Somov), sur des ouvrages théoriques (tels que la Théorie des esprits de Stelling) ainsi que sur des interprétations plus ouvertement moralisatrices ou satiriques, comme c’est le cas chez Odoïevski et Bestoujev-Marlinski. Le mort-vivant a une valeur hautement symbolique et expressive, non seulement parce qu’il peut être pris pour un vivant (et par là engendrer une méprise chez les personnages), non seulement parce qu’il évoque une image d’horreur délicieuse (qui peut parfois toucher au sublime), mais aussi parce qu’il représente le double dégradé, souvent parodique, du monde vivant.

Discutante : Victoire Feuillebois (Université de Strasbourg) 

La séance se déroulera de 15h à 17h, en hybride :

Salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris

et sur Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/88257248646?pwd=a2VWdXdqc1ZVN1hTYlFLK1RTNW1adz09

ID de réunion : 882 5724 8646

Code secret : Gp6KUQ

Venez nombreux !

Séance du lundi 29 novembre 2021 : « Cadavres des temps antépétroviens. Religion et médecine ».

  • Enrique Santos Marinas (Professeur à l’Université Complutense de Madrid) 

The corporeity of the dead in the Slavic pre-Christian religion of the East Slavs

Already Wienecke (1939) coined the expression lebenden Leichnam « living bodies » in order to refer to the concept of the dead among the East Slavs. Actually, for them the soul of the deceased had a material or physical entity, even corporeal, keeping all their physiological needs and their relationship with the living. This had a correspondence with the funerary rites as attested both in the earliest medieval sources and in the oral tradition of the folklore. Therefore, the soul survival did not take place in the Afterlife, but in this very world. And as a consequence all the dead were in fact des revenants. However, their return had to follow certain rules in order that it was positive for the living, being arranged according to specific rites and performed in particular places and dates. Otherwise, the deceased could be harmful for the living, as well as for the cattle and the crops. In this paper we will analyse the specific characteristics both physical and corporeal that were shown by the dead in the earliest historiographic and homiletic medieval sources regarding the East Slavs, as well as in the oral tradition of the Slavic folklore.

  • Angelina Kalashnikova (Chercheuse junior à l’Institut d’histoire de l’Académie des Sciences de Russie, Saint-Pétersbourg)

Description of corpses in double-murder case in Yakutia in the 1630s

The presentation focuses on the examination of corpses of Yakut interpretor Oska Stefanov and his five-year-old son that were discovered near Lensky fort, founded at the beginning of the exploration of Yakutia by Russian servicemen in the 1630s. Description of the corpses is
examined in context of criminal investigation procedure that took place at the moment when the administration had very limited power. Indeed, at that time subordination and management strategies in the region were so unstable and complicated that Lensky fort administration frequently faced with difficulties concerning its main responsibilities (tax collecting and conflict settlement).

  • Kirill Khudin (Chercheur junior à l’Institut d’histoire universelle de l’Académie des Sciences de Russie, Moscou)

Medical examinations of corpses in Russia in the 17th and early 18th centuries

The transformations under Peter the Great at the beginning of the 18th century and the interest in anatomy that followed made the practice of dissecting human bodies quite widespread. However, procedures of medical inspection and examination of corpses existed earlier, in the 17th century, although they were not as widespread. The need for such procedures arose primarily in times of epidemic and was related to the need to establish the causes of death and to make sure that the person did not pose a danger to others who came into contact with him. Our presentation will review the cases of cadaveric medical examinations and analyze the context of each of them.

La séance aura lieu en hybride : sur zoom et dans la salle de conférences de l’Institut d’études slaves, 9 rue Michelet 75006 Paris.

Pour participer à la réunion Zoom :

https://us02web.zoom.us/j/88406183438?pwd=cktia21aQVRnSTNYZTJtdFlHc2Fydz09

ID de réunion : 884 0618 3438

Code secret : 40jKgh

Présentation du projet “CadavRe”

Ilia Répine, Ivan le Terrible et son fils Ivan le 16 novembre 1581 (1883-1885)

Projet “CadavRe” : Le Cadavre en Représentation

Lancé en 2021 par Claire Delaunay et Sarah Gruszka, ce projet de recherche a pour ambition d’initier une réflexion sur la place accordée au cadavre dans la littérature et les arts russes et sur ce que révèle cette place quant au rapport au corps et à la mort. En effet, le cadavre est précisément le point de rencontre de ces deux objets et permet ainsi de croiser les études sur l’un et l’autre. Si les études sur le corps et les études sur la mort sont riches et abondantes, celles spécifiquement consacrées au cadavre le sont moins. Elles semblent certes en plein essor en France1, cependant, dans le champ des sciences humaines, le cadavre a jusqu’à présent attiré principalement l’intérêt des historiens, des anthropologues, des sociologues et des archéologues, laissant le terrain encore relativement vierge en ce qui concerne les études artistiques et littéraires. On peut mentionner l’ouvrage dirigé par les historiennes Anne Carol et Isabelle Renaudet, La Mort à l’œuvre. Usages et représentations du cadavre dans l’art (Presses universitaires de Provence, 2013), mais il est à noter que l’aire culturelle qui nous intéresse en est absente. De fait, la bibliographie relative au cadavre en terrain russe s’avère encore assez pauvre. Aussi l’angle disciplinaire et géographique qui est le nôtre devrait-il permettre d’enrichir les approches du corps mort et ouvrir un espace de dialogue avec des chercheurs d’autres spécialités.


Notre réflexion sur les cadavres s’appuiera sur la littérature (en incluant également les récits hagiographiques et les ego-documents), les arts visuels (peinture, photographie, cinéma) ainsi que les arts de la scène (théâtre, ballet, opéra). Une partie essentielle des questionnements s’articulera autour de la notion d’esthétique du cadavre. Il s’agira d’explorer les mécanismes de refoulement, de censure, mais aussi de transgression et de sublimation que sa mise en récit, en images ou en scène peut traduire. Il conviendra d’interroger les logiques qui président à l’invisibilisation du cadavre, à sa marginalisation, ou qui conduisent au contraire à le placer au premier plan. Une attention particulière sera accordée au traitement dont il fait l’objet (registres ludique, macabre, tragique, approches scientifique ou métaphysique…) et aux procédés mobilisés pour le représenter (est-il directement nommé/montré, figuré de façon naturaliste, euphémisante, métonymique, métaphorique ?). On s’intéressera également à la place occupée par l’intertextualité et la référence visuelle à des topoï artistiques ou historiques dans l’économie du cadavre. On pourra se demander, à la suite d’Anne Carol : à quelles conditions et selon quelles normes esthétiques le cadavre peut-il devenir un objet d’art ?


L’un des objectifs est d’établir une typologie du cadavre, en prenant en compte le profil du corps représenté (genre, âge, origine, statut social…), les critères de nombre (cadavres de masse / cadavre individuel), d’identification (cadavres anonymes), d’état (corps violenté, décomposé, arrangé), de statut (parfois hybride, à la frontière du vivant, de l’objectal, de la fiction et de la réalité). Les cadavres animaux pourront également être examinés afin de chercher à cerner ce qui fait l’humanité des dépouilles humaines.
Parallèlement au questionnement central sur les enjeux de la présence (ou absence) du cadavre dans le texte et dans l’image, d’autres phénomènes liés à sa représentation et ses usages pourront être abordés : manipulation et détournement, muséification, rites, politisation, culte, etc. Une réflexion sera menée sur les différents rôles qu’il peut jouer (symbolique, émotionnel, existentiel…), et sur ce que le rapport au cadavre nous dit des normes sociétales à une époque donnée. Ce faisant, l’une des ambitions sera d’esquisser les contours d’une histoire des émotions suscitées par le cadavre (tristesse, horreur, dégoût, attrait, ironie, compassion, vénération…). Il s’agira enfin de s’intéresser à l’évolution des pratiques de représentation du cadavre dans la culture russe à travers le temps et d’observer les éléments de continuité et les logiques de rupture qui s’en dégagent. In fine, en écho au célèbre ouvrage pionnier de Philippe Ariès, ces réflexions auront pour but de nourrir notre appréhension du Russe devant la mort.

1 Comme en témoignent une série de publications dans les dix dernières années (voir bibliographie), la tenue en 2020-2021 de deux séminaires consacrés au cadavre : le séminaire « Histoire de la médecine, des savoirs sur le corps, et de la mort » animé par Anne Carol et Rafael Mandressi à l’EHESS, et celui d’Histoire et anthropologie de la mort “Autour du cadavre” animé par Anne Carol et d’Elisabeth Anstett à l’Université d’Aix-Marseille, la récente ANR “Cortem”…